الجمعية المغربية لحقوق الانسان - فرع تطوان

منظمة غير حكومية تأسست في 24 يونيو 1979، لها صفة المنفعة العامة عضو المنظمة العربية لحقوق الإنسان - عضو الاتحاد الإفريقي لحقوق الإنسان – عضو الفدرالية الدولية لحقوق الإنسان - تأسس فرع تطوان في 14 يوليوز 1990 - تم تجديد مكتب الفرع في 07 نومبر 2009

30 octobre 2005

Subsahariens à Errachidia

Errachidia, le 25 octobre 2005

Rapport sur la situation des immigrés

subsahariens irréguliers dans la région d’Errachidia

La gestion du dossier des immigrés subsahariens irréguliers par les autorités marocaines continue de faire des drames humains dans les rangs de ceux-ci.

Et ce, quelques jours seulement après le scandale généré par la riposte sanglante des autorités marocaines et espagnoles à l’assaut massif et désespéré des Subsahariens aux grillages de Ceuta et Melilia, fin septembre et début octobre 2005 ; scandale qui a soulevé l’indignation nationale et internationale, et brisé le silence sur la situation inhumaine de ces immigrés sur le sol national, ainsi que sur les violations dont ils font objet, autant par les deux autorités que par les particuliers.

Il a aussi réanimé le débat sur les véritables causes de l’immigration clandestine, tant marocaine que subsaharienne, ainsi que les approches en mesure de restituer et sauvegarder le droit des peuples africains de vivre dignement dans leurs pays d’origine et mettre fin à leur ruée à la mort aux frontières européennes.

Ainsi, à Errachidia, au Sud-est du pays, et depuis le début du mois, on a pu constater le déploiement  des forces de CMI (Corps mobile d’intervention) tout au long de la principale avenue de la ville (avenue Moulay Ali Chérif) ; activités qui devaient annoncer Errachidia comme l’une des étapes obligatoires dans l’odyssée infernale des Subsahariens et confirmer l’obstination des autorités marocaines dans leur choix de l’approche sécuritaire pour cette tragédie humaine.

En effet, pendant les deux premières semaines du mois, on a repéré plusieurs autocars transportant des Subsahariens, dans des directions de l’Est et du Sud-est du pays (Oujda/ Bouarfa / Figuig), (Marrakech/ Ouarzazate) et (Erfoud/Rissani). Et ce, sous surveillance des membres de différents corps du système  sécuritaire (CMI, gendarmerie et police).

Par ailleurs, la section de l’Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) à Errachidia a appris que mercredi 5 octobre, on a recueilli une quarantaine de ces immigrés, dans des conditions inhumaines, dans le hall des omnisports, à Errachidia, où ils ont passé vingt-quatre heures à même le sol. Et ce, avant d’être transférés le lendemain, à six heures du matin, vers une destination inconnue.

L’AMDH à  Errachidia a appris aussi qu’on abandonne ces immigrés à Boudnib, dans la province d’Errachidia et à Ain Chouatter et qu’on les transporte pendant la nuit, à bord des camions vers les frontières maroco-algériennes, et qu’à l’approche de celles-ci, on éteint les phares des véhicules, ainsi que l’éclairage des constructions des douars mitoyens des deux frontières et on abandonne nos frères subsahariens, sans assistance ni provisions, et à la merci des balles algériennes.

Ces traitements inhumains infligés aux Subsahariens, en flagrante violation des valeurs humaines de solidarité et de fraternité, ainsi qu’à toutes les chartes et conventions internationales des droits de l’Homme, et en particulier, celles concernant l’immigration,  ont privé nombre de ceux-ci -dont une femme et son enfant à Bouanane- de leur droit fondamental et précieux à la vie.

L’obsession sécuritaire a poussé les gendarmes à Errachidia à se déplacer jusqu’au lieu du travail du propriétaire du local que loue l’AMDH à Errachidia -et qui se trouve également être membre de celle-ci- pour s’enquérir auprès de lui si la section a effectué un rapport sur ce sujet.

A cet effet, l’AMDH à Errachidia a publié un communiqué où elle

-       condamne les violations subies par les Subsahariens et qui ont entraîné des décès dans  leurs rangs ;

-       considère que ces violations sont imputables autant aux autorités marocaines qu’à celles d’Alger et Madrid ;

-       revendique l’ouverture d’une enquête internationale pour déterminer les responsabilités dans ces violations et les décès qu’elles ont occasionnés, ainsi que le châtiment de leurs auteurs ;

-       salue la générosité et l’altruisme des habitants des régions sud-est du pays qui ont soutenu les immigrés, en les accueillant et partageant avec eux leurs maigres ressources alimentaires ;

l’AMDH à Errachidia dénonce également l’intimidation des gendarmes à son égard et confirme sa persévérance de dénoncer les violations des droits humains quels que soient leurs auteurs.

Du Bureau

Posté par tetouan_amdh à 10:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    le drroit de l enfant

    merci et j ai tous mes droit merci beaucoup

    Posté par sara, 25 février 2006 à 11:23

Poster un commentaire